Cartographier les bidonvilles avec des drones : l’utilisation de la technologie pour les plus démunis

Le gouvernement d’Odisha, État situé à l’est de l’Inde, en partenariat avec Tata Trust et Omidyar Network (la branche de Bangalore), a récemment cartographié des bidonvilles avec des drones dans le but d’aider les habitants à obtenir des titres de propriété.

embed_bccl_1502257765_725x725

L’État indien d’Odisha a longtemps été une zone faiblement urbanisée, mais récemment la population se rassemble progressivement en ville et les bidonvilles s’y développent. Non seulement, les conditions de vie y sont difficiles, mais les personnes qui y résident ne possèdent aucun droit de propriété, appelé « patta« . Par conséquent, elles vivent dans l’incertitude d’être expropriées à tout moment. De plus, elles sont invisibles et privées de droits auprès du gouvernement. En effet, un titre de propriété représente bien plus qu’un simple document formel : il offre l’accès à de l’investissement pour mieux aménager son logement, à des prêts, à la possibilité d’entreprendre et à une reconnaissance par les autorités. L’obtention d’un titre de propriété entraîne une dynamique de cercle vertueux pour le foyer. En effet, les populations qui en sont dotées sont moins démunies, constatent une plus grande présence des enfants à l’école et enfin une meilleure gestion des ressources du foyer.

La première réponse du gouvernement à ce problème a été le Land Rights to Slum Dwellers Act de 2017 qui prévoit de distribuer 25 000 titres de propriété aux habitants des bidonvilles d’Odisha, soit environ 50 millions de personnes concernées, d’ici fin 2018. Cette initiative représente une étape importante dans l’amélioration des conditions de vie des bidonvilles. Pour rendre la loi plus efficace et ciblée, le gouvernement a fait appel à deux entreprises indiennes : Tata Trust, une organisation philanthropique qui a contribué à l’aspect technique de la cartographie en utilisant des drones et Omidyar Network, un réseau d’investissement qui a financé le projet.

IMG_20180209_111233_0

Les enquêtes menées au sein des bidonvilles jusque-là s’étaient révélées trop coûteuses, trop ambitieuses et surtout trop longues à mener pour des projets d’une telle ampleur. La précision des informations récoltées par les drones permet de comprendre les besoins de première nécessité et de recréer du lien entre le gouvernement et les habitants des bidonvilles en sollicitant leurs connaissances des réseaux. Grâce aux drones et l’exactitude de leurs données, nous sommes exposés à moins d’exclusion. En outre, une vue d’ensemble permet de cerner le problème dans sa totalité.

Actuellement, Tata Trust a répandu le projet sur 9 zones urbaines et a réussi, grâce à son partenariat avec Omidyar Network, à décerner des certificats de titres fonciers à 2 227 foyers. D’ici fin 2018, Tata Trust espère avoir couvert l’ensemble des zones concernées.
Roopa Kudva, directrice générale de Omidyar Network, affirme que ce projet en Inde (comme un projet similaire en partenariat avec The Asia Foundation aux Philippines) démontre que « les drones représentent une alternative efficace et plus précise que les sondages traditionnels« . Selon elle, leur exactitude permet une discussion objective et transparente entre le gouvernement et les communautés.  Le projet a pour objectif d’être réplicable dans d’autres régions de l’Inde, afin de mieux constater ces effets sur le long terme.

 

Publicités