Bob Emploi : la plateforme numérique qui cherche à réduire le chômage

Du 25 avril au 1er mai, l’ONG Bayes Impact a organisé sa semaine « Bob Action » pour célébrer, à sa manière, la fête du Travail. Les internautes étaient invités à s’inscrire sur leur site web dans l’optique de réaliser une B.A., bonne action ou plutôt Bob Action ici, en faveur d’un demandeur d’emploi. Plus de 2 200 personnes ont répondu à l’appel et l’initiative a été prolongée jusqu’au 3 mai.

Les volontaires peuvent choisir entre relire une lettre de motivation (+800 participants), donner des conseils pour améliorer un CV (+780 participants), tester l’IA du site (+400 participants) ou encore rencontrer une personne pour discuter de son projet professionnel (+220 participants).

Bopobs Bob Action

Dans le sillon des initiatives « tech for good », Bayes Impact est créé par Paul Duan (Fellow Ashoka depuis 2017) en 2014 comme une association à but non lucratif dont la mission est de mettre les technologies au service du bien commun. En 2016, elle s’engage à réduire le chômage à travers le projet « Bob Emploi ». C’est en son sein que s’inscrit cette semaine d’entraide et de solidarité.

Concrètement, Bob Emploi est un outil qui tente de replacer l’individu au cœur de sa recherche d’emploi. Pour ce faire, il suffit de créer un compte en se connectant grâce à celui d’un réseau social traditionnel ou par l’intermédiaire de son compte Pôle Emploi. Dès la fin de cette étape, le demandeur d’emploi répond à une série de questions d’ordre général (âge, sexe, lieu d’habitation, diplôme). Puis, il décrit ses objectifs professionnels et la méthode qu’il a adopté jusque-là. Enfin, il accède à un diagnostic complet de son projet. Le nouvel inscrit reçoit quotidiennement des mails pour le conseiller et aussi l’encourager dans sa démarche.

Bob emploi diag

Depuis novembre 2016, plus de 130 000 utilisateurs ont eu recours à Bob Emploi et 87% d’entre eux estiment y avoir trouvé des conseils intéressants et utiles. Pourtant, le développement de cette solution digitale n’en est qu’à la moitié de son parcours défini en trois étapes successives :

  1. Optimiser l’expérience utilisateur sur la plateforme (terminé en juillet 2017).
  2. Offrir une diversité de recommandations pour toutes les situations.
  3. Améliorer l’algorithme de scoring permettant à chaque personne de recevoir les conseils les plus appropriés à son profil.

Financé à hauteur de 185 000 € par Pôle Emploi, le site est testé par les travailleurs sociaux du PIMMS (Point Information Médiation Multi Services) de Lyon métropole. Il le sera bientôt aussi par ceux de Donzères et de Nîmes. Dès à présent, des défis  sont identifiés : bâtir des partenariats pour mieux adresser l’enjeu de la fracture numérique ou encore augmenter son impact au sein des zones rurales dont les habitants connaissent de grandes difficultés d’accès à l’emploi.

 

Pour en savoir plus sur le fondateur de Bayes Impact, Paul Duan :

Publicités