Nobuntu : ouvrir les portes de l’assurance-vie aux personnes âgées à bas revenus d’Afrique du Sud

Quand Tyron Fouche, Sud-africain actuaire en agence d’assurance, a entendu son employée de maison lui dire qu’elle avait peur de vivre trop longtemps et de devenir un fardeau pour sa famille, il a décidé de lancer Nobuntu, une entreprise sociale d’assurance offrant une solution innovante de pension « peer-to-peer » pour personnes à bas revenus.

Poliza-elderly-lady

En Afrique du Sud, le marché des assurances-vie et des pensions est très développé mais principalement destiné à des fourchettes de revenus élevés. Les coûts sont trop importants pour que les petites entreprises assurent leurs salariés et le capital nécessaire, trop élevé pour les citoyens à bas revenus.

L’idée à l’origine de Nobuntu est de combiner un produit d’assurance-vie ancien et efficace aux outils technologiques les plus récents. Tyron Fouche a ainsi décidé de digitaliser le principe de la tontine, un concept de pension destiné à partager les risques au sein d’une communauté et par lequel les membres vivant plus longtemps sont subventionnés par ceux qui décèdent plus tôt. Via le fonds de Nobuntu, l’employeur peut assurer ses salariés à bas revenus, qui deviennent alors membres de la communauté et peuvent investir à leur tour. Grâce aux rendements du fonds, les membres reçoivent un versement mensuel, qui évolue en fonction de l’âge du bénéficiaire. Par ailleurs, quand un membre décède, la moitié de ses investissements est versée à sa famille et l’autre moitié à la communauté Nobuntu. L’ensemble du processus, de l’intégration de nouveaux membres aux services à la clientèle, est automatisé et conçu pour les smartphones.

Ce modèle permet aux membres de la communauté Nobuntu de répondre à leurs besoins à court et à long terme grâce aux versements mensuels et au réinvestissement de leurs gains. Nobuntu tire ses recettes des frais d’administration, en particulier des services facturés aux membres de la communauté et non des bénéfices de souscription, ce qui, selon son fondateur, rend le modèle rentable et pousse l’équipe à être la plus efficace possible administrativement.

Les grands challenges pour Nobuntu aujourd’hui sont de trouver un partenaire assureur ayant une licence afin de pouvoir vendre son produit à grande échelle, et de façon plus générale de faire évoluer les barrières à l’entrée du secteur de l’assurance pour pouvoir l’ouvrir aux populations à bas revenus.

Publicités