Ghana : la Big Data au service de la lutte contre les épidémies

La Fondation Vodafone a annoncé, fin février, un partenariat inédit avec le gouvernement ghanéen dont le but est de développer un outil digital permettant de mieux lutter contre la propagation d’épidémies. L’opérateur mobile va exploiter les données de ses utilisateurs pour pouvoir suivre en temps réel les déplacements de population.

22519258_1983569281917040_9123616052511196152_n

En signant cet accord avec le gouvernement ghanéen, l’opérateur mobile britannique compte utiliser les données des utilisateurs de son réseau pour un projet pionnier dont les résultats pourraient s’avérer cruciaux dans la définition de nouvelles stratégies pour endiguer les épidémies sur le continent. De plus, ce programme explore le potentiel  d’impact positif  que peut receler l’utilisation de la Big Data.

En cas d’épidémie, les autorités sanitaires du Ghana auront la possibilité d’exploiter les données collectées des 8,7 millions de clients de Vodafone sur le territoire, ce qui représente près d’un tiers des habitants du pays (29 millions d’habitants au Ghana). Elles pourront donc suivre, avec finesse et en temps réel, les déplacements de population grâce à l’utilisation de la géolocalisation, et ainsi, déterminer les zones où la menace est la plus élevée puis mettre en place des plans efficaces pour limiter la contagion.

Cette technologie devrait se révéler précieuse pour mieux appréhender la mobilité des individus. En 2014, le virus Ebola avait notamment pu se diffuser de manière dramatique car ces informations étaient indisponibles. Les recensements font état de 28 000 cas et de 11 000 décès, principalement, en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Nigeria, Mali et Sénégal).

Dans le cadre de ce projet, les fondations Vodafone et Hewlett s’associent pour financer le travail de l’équipe de data scientist de Flowminder, organisation à but non lucratif, qui collectera, agrégera et analysera les données avant de les partager avec les institutions ghanéennes.

L’une des grandes inquiétudes s’articule autour du risque de divulgation des informations personnelles, néanmoins, Vodafone se veut très rassurant et affirme que les données seront anonymisées conformément à ses principes de confidentialité de la vie privée et la législation ghanéenne.

 

Publicités