Révolution numérique : le développement des écoles de code en Afrique

Depuis hier, le président français, Emmanuel Macron, est au Sénégal pour une visite de trois jours. Avec son homologue sénégalais, Macky Sall, ils sont les parrains de la Conférence de financement du Pacte mondial pour l’éducation. C’est l’occasion d’aborder la question de la formation au numérique, enjeu majeur pour le continent africain s’il veut entrer de plain-pied dans l’ère du digital.

DAQnASIXgAAVhqd.jpg

La révolution numérique est en marche en Afrique. Malgré le retard en matière de développement du continent, startups et innovations digitales essaiment. Des hubs, concentrant ces initiatives, émergent à l’image de la célèbre « Silicon Savannah » au Nigeria. Pour soutenir cette dynamique, des écoles de codage ouvrent leurs portes pour former la jeunesse africaine au langage informatique et aux principes de la programmation.

À Nairobi, devant le déficit de main d’œuvre qualifiée, Audrey Cheng décide de lancer son école nommée Moringa avec l’aide d’un ancien ingénieur d’Intel. Depuis 2014, 500 élèves sont sortis des 20 semaines d’apprentissage intensif. 95% d’entre eux ont intégré le marché du travail local. Selon l’entrepreneuse, le code est une opportunité pour développer l’activité économique du pays et y réduire le chômage des jeunes.

D’autres initiatives ont vu le jour, depuis 2014, Andela a réussi à s’implanter au Nigeria, au Kenya et, plus récemment, en Ouganda grâce au financement de la fondation américaine Chan Zuckerberg. L’un des objectifs de l’école est de repérer les développeurs talentueux pour les attirer dans les firmes américaines.

L’Afrique représente aussi une terre attractive pour les leaders français du domaine. En 2016, l’École 42 de Xaviel Niel a inspiré et appuyé la création d’une franchise à Johannesburg. Elle prend la forme d’une ONG : WeThinkCode. Le cursus de deux ans est entièrement gratuit et respecte le modèle pédagogique de la maison-mère.

La capitale sud-africaine accueille aussi un établissement du réseau de Simplon.co, entreprise sociale et solidaire qui forme aux métiers du numérique et recrute ses futurs étudiants à partir du seul critère de la motivation. L’entreprise montreuilloise n’entend pas ralentir son développement international : une autre école s’est installée en Côte d’Ivoire et elle espère poursuivre cette marche en Afrique de l’Ouest.

 

Publicités