Des micro-cliniques pour les habitants des bidonvilles de Nairobi

Fondée en 2012, Access Afya est une entreprise sociale kényane qui a choisi de relever le défi de l’accès à la santé des populations les plus précaires de la capitale. Pour les habitants des bidonvilles de Nairobi, les infrastructures publiques sont rares et les cliniques classiques trop onéreuses.

Résultat de recherche d'images pour "access afya kenya"

Les micro-cliniques d’Access Afya permettent aux habitants des bidonvilles de Nairobi (60% de la capitale) d’avoir accès à de nombreux services de santé. L’objectif est de permettre l’accès à ces soins en adaptant le modèle et les services proposés à la population visée. Ainsi, les montants des services sont très faibles, les soins incluent des diagnostics destinés à réduire le besoin de rendez-vous avec des spécialistes (dépistages), et les équipes assurent un suivi médical par téléphone portable auprès de leurs patients.

Les habitants de la communauté de Kiambiu peuvent par exemple être traités pour des maladies fréquentes dans la région (malaria, typhoïde, diabète), se faire dépister pour plusieurs types de cancer et bénéficier d’opérations chirurgicales mineures. Cette clinique traite en moyenne 90 patients par jour.

Access Afya a également développé des programmes ciblés pour répondre aux besoins des patients. Dans une zone industrielle de la capitale où a été ouverte une micro-clinique, les ouvriers ont de nombreux accidents sur le lieu de travail et ne sont pas correctement traités. Un programme spécifiquement destiné aux ouvriers a été créé, notamment avec un service d’évacuation d’urgence et des soins adaptés aux blessures liées aux machines. Un programme visant les écoles primaires des bidonvilles a également permis le dépistage de plus de 1000 écoliers de 15 établissements.

La fondatrice Melissa Menke affirme que l’entreprise est auto-suffisante et fonctionne grâce aux apports de donateurs qui financent certains services, et des patients qui paient des montants faibles pour les soins dispensés. Sa conviction est que ce modèle alternatif adapté aux populations précaires peut être développé dans d’autres pays en voie de développement.

Publicités