Le Social Progress Index, un autre moyen de mesurer le bien-être des citoyens

Le 20 juin 2017, le Social Progress Imperative publiait la quatrième édition du Social Progress Index. Cet indicateur, cocréé par Micheal Green (auteur d’un TEDtalk en 2014), a pour ambition de donner une analyse plus fine sur la capacité d’un pays à créer de la valeur sur des enjeux sociaux et environnementaux. A l’inverse du PIB, souvent critiqué pour son incapacité à intégrer d’autres critères que des éléments purement économiques, le Social Progress Index s’intéresse à trois dimensions principales* : la capacité d’un pays à couvrir les besoins basiques de sa population (accès à l’eau, santé publique), les déterminants du bien-être de la population (sécurité, éducation, etc.) et enfin, les opportunités et le degré de liberté dans le pays.

Cette quatrième édition couvre 128 pays, tous étudiés sous l’angle de cinquante indicateurs, et présente parfois des résultats contre-intuitifs. En effet, même si les pays ayant les scores les plus importants restent les pays dit du « Nord », certains pays se détachent et montrent des scores très élevés en comparaison de leur PIB/habitant. C’est le cas du Costa-Rica, du Sénégal, du Chili, du Népal, du Nigeria qui semblent être particulièrement en avance sur les questions d’inclusion sociale et de bien-être des citoyens. Ces pays, appelés « positive deviants » dans le rapport, montrent que le lien entre PIB/habitant et bien-être social est loin d’être aussi linéaire qu’on pouvait le penser.

S’il y a des pays qui performent, d’autres, en revanche, ont des profils plus inquiétants. C’est le cas des pays européens dont le score, même si déjà élevé, tend à stagner – ce qui montre la difficulté de ces pays à recréer de la valeur sociale. Enfin, les Etats-Unis apparaissent comme l’un des mauvais élèves du classement, montrant une nette régression sur les questions de tolérance et d’opportunités.

Le Social Progress Index apparaît donc un outil intéressant, mis à la disposition des citoyens, des entrepreneurs, des dirigeants d’entreprises et des gouvernants, pour guider leur décision. Le Social Progress Imperative espère en effet que cet indicateur fera, à l’avenir, partie intégrante de chaque décision d’investissement ou de lancement de politiques publiques et permettra de mieux répondre aux besoins de chaque citoyen à travers le monde.

* En savoir plus sur la méthodologie du Social Progress Index.

Publicités