Portland embauche les sans-abri pour lutter contre la mendicité

Depuis le mois d’avril 2017, la municipalité de Portland dans l’Etat du Maine aux Etats-Unis, propose aux sans-abri de les embaucher. Ceux-ci sont payés un peu plus de 10,50 dollars de l’heure (9,73 euros) – soit le salaire minimum instauré par la ville – pour participer au nettoyage des espaces publics et des parcs.

Ce nouveau programme a été pensé pour lutter contre la mendicité, alors qu’une décision de 2013 interdisant aux sans-abri de quêter avait été annulée par la justice fédérale. Dans cette ville de 66 000 habitants située au nord de Boston, les autorités ont dénombré plus de 6 000 sans-abri. Alors que plusieurs municipalités privilégient des pratiques dissuasives et répressives (ex : construction de barrières en béton pour empêcher les sans-abri d’aller et venir ou installation de mobilier urbain leur empêchant de s’installer à différents endroits), la ville de Portland a choisi une approche plus originale.

Jon Jennings, responsable municipal, espère même aller plus loin en transformant cette activité ponctuelle en travail à plein temps selon le New-York Times. Cette solution est gagnante à plus d’un égard : elle permet aux sans-abri de se réinsérer progressivement sur le marché du travail, elle participe à la propreté de la ville et contribue à la réduction de la mendicité. Pour financer cette politique, la ville compte sur des subventions fédérales, mais craint que celles-ci soient contraintes par le nouveau budget de l’administration Trump.

Portland n’est pas la première ville à adopter une telle démarche, dans un pays où la problématique des sans-abri est très présente. La ville d’Albuquerque au Nouveau-Mexique, a mis en place un système similaire et depuis un an et demi, 1 750 emplois ont été créés et 60 tonnes de déchets ont été ramassées. De même, Chicago propose aux personnes mendiantes de nettoyer les rues, pour 55 dollars par journée de travail.

Publicités