Baromètre des enjeux RSE 2017 : l’innovation sociale au cœur des entreprises

Pour sa 5ème édition, le Baromètre des enjeux RSE publié en mars par PRODURABLE et Haatch s’intéresse à l’innovation sociale au sein des entreprises en France. Cette étude montre comment les enjeux sociaux et environnementaux sont aujourd’hui intégrés aux stratégies globales des entreprises.

L’innovation sociale est devenue en quelques années un enjeu clé pour les grandes entreprises

L’étude s’est tout d’abord demandé ce que les entreprises entendaient par le terme « innovation sociale ». Ce concept est perçu majoritairement comme une solution nouvelle qui engendre des impacts positifs pour la société et l’environnement et comme un levier de transformation.

55% des entreprises interrogées dans le cadre de l’étude disent avoir réalisé ou être en train de réaliser des actions dans ce sens. Cette évolution reflète les exigences des collaborateurs et consommateurs en quête de sens et de valeur partagée, ainsi que l’importance croissante du risque de réputation pour les entreprises.

Pour 93% des entreprises interrogées, leurs démarches est motivée par l’amélioration de leur image auprès des parties prenantes. Pour 90% d’entre elles, répondre aux enjeux sociaux demeure une motivation importante, par ailleurs compatible avec l’amélioration des performances (89% des entreprises).

Si l’innovation sociale porte essentiellement sur les services (pour 45% des entreprises) et les produits (24%) – soit le cœur de métier des entreprises -, les projets concernent aussi de multiples fonctions : management, modèles économiques ou procédés de création de richesse.

Un mouvement d’ouverture des entreprises vers ses parties prenantes

La co-création, l’innovation ouverte et l’intelligence collective constituent des éléments clés dans l’élaboration des projets. La majorité d’entre eux implique les collaborateurs et près de la moitié implique les clients comme les fournisseurs. Les partenariats sont ainsi le mode d’action privilégié pour les entreprises. Collaborateurs et clients sont de plus les premiers bénéficiaires de ces stratégies, devant les communautés locales et les publics fragiles.

Malgré des difficultés en termes de ressources humaines, de financements et de mesure du retour sur investissement, le mouvement devrait selon les auteurs de l’étude s’intensifier.

«[Les entreprises] vont vivre dans les prochaines années une transformation sociale et environnementale au profit d’une économie décarbonée et de modèles économiques plus résilients, plus inclusifs et plus vertueux, capables de de créer de la valeur partagée et du lien social.»

Pour télécharger l’intégralité du baromètre : cliquer ici.

Publicités