L’entrepreneuriat social, créateur de richesse pour les territoires selon Convergences

Le Baromètre de l’Entrepreneuriat Social 2017 a été publié en janvier 2017 par la plateforme Convergences et ses partenaires, sur le thème des « villes et territoires durables ». Pour eux, ce secteur constitue aujourd’hui une véritable dynamique économique pour les collectivités. Pour cette cinquième édition, Ashoka et OpinionWay présentent les résultats du sondage sur la perception des entrepreneurs sociaux en France. Les résultats montrent qu’une grande majorité des entrepreneurs sociaux est confiante dans l’avenir.

barometre-ess

Cette confiance est partagée par les Français, en particulier par les jeunes. Pour plus d’un tiers de la population, l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) est considérée comme le secteur le plus innovant pour répondre aux enjeux sociétaux. Son attractivité est de plus en plus forte et la majorité des 18-24 ans se dit attirée par ce secteur pour y travailler. Face aux difficultés de financement, les entrepreneurs sollicitent davantage le secteur privé, dans une logique de co-conception des projets.

Malgré ce besoin de financement et malgré des démarches administratives parfois pesantes pour le secteur, les entreprises sociales créent des emplois et de la richesse pour leur territoire, et ce de manière durable et dans des zones complexes (territoires ruraux, quartiers sensibles, etc.). Entre 2000 et 2017, l’emploi dans le secteur de l’ESS a augmenté de 24%, alors qu’il était sur la même période de 4,5% dans les autres secteurs.

Le dossier revient sur plusieurs projets concrets développés sur les territoires, dont deux portant plus spécifiquement sur l’engagement citoyen au sein de la ville : le « civic crowdfunding » et le « crowdacting ».

Le civic crowdfunding, vers une construction participative de la ville

S’inspirant d’initiatives anglo-saxonnes de financement participatif citoyen pour financer des projets de quartier, la plateforme Co-City veut réinventer la dynamique de co-construction de la ville et contribuer à la cohésion sociale. Les projets en question, portés le plus souvent par des entrepreneurs et à but non lucratif, peuvent être des parcs, des événements culturels, sportifs, solidaires, etc. La plateforme est aussi un moyen de faire parler de ces projets et de se faire rencontrer les différents acteurs. Co-city et la Ville de Paris ont récemment établi un partenariat dans le cadre du programme de Budget participatif de la municipalité.

La plateforme Koom.org permet aux citoyens de faire agir les entreprises et les acteurs publics

Le « crowdacting » est un nouveau concept par lequel des habitants accomplissent un défi et incitent les décideurs à agir. Par exemple, la municipalité de Clichy a lancé comme défi à ses habitants de prendre le vélo. La Ville s’était engagée à verser 5 000 euros en cas de succès de la mobilisation, en faveur de la sensibilisation des jeunes à ce moyen de transport et à la réparation des vélos. Ce premier projet a été un succès et a montré comment le « crowdacting » pouvait permettre un changement d’échelle de manière simple et rapide.

Publicités