Inde : s’appuyer sur le secteur informel pour promouvoir l’économie circulaire

En décembre 2016, le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) a publié conjointement avec le World Resources Forum (WRF) et le Swiss Federal Laboratories for Materials Science and Technology (EMPA) un rapport nommé « Informal approaches towards a circular economy – learning from the plastics recycling sector in India » sur l’efficacité des solutions de recyclage des déchets proposées par le secteur informel en Inde.

2015-06-05t090633z_1455951738_gf10000117972_rtrmadp_3_india-environment_0

D’après le WBCSD, les matières plastiques sont encore sous-recyclées, dans un contexte d’exigences croissantes en matière de recyclage des déchets.  De la collecte au recyclage en passant par la réutilisation des matériaux, le secteur se heurte à des difficultés tout au long de la chaîne – alors même que la consommation de plastiques peine à se réduire au niveau international. La faiblesse des infrastructures de recyclage, les bas prix du pétrole et la diversité de nos utilisations des matières plastiques en seraient les principaux facteurs.

S’appuyant sur l’exemple de l’Inde, le WBCSD met en avant dans son rapport l’efficacité des acteurs de l’économie informelle dans les pays en développement dans la collecte, le commerce et le recyclage des déchets plastiques. Traditionnellement effectuée par les classes les plus pauvres dans une logique de génération de revenus, elles ont développé de multiples stratégies pour en extraire le maximum de valeur. Ainsi, 60% du plastique serait recyclé en Inde contre 6% aux Etats-Unis.

En permettant une meilleure connaissance de la taille et la structure de la filière informelle de recyclage de plastique et sa contribution à l’émergence d’une économie circulaire en Inde, le WBCSD souhaite encourager les entreprises du secteur à en partager les bonnes pratiques. Ainsi, travailler avec le secteur informel constituerait une opportunité économique intéressante pour les entreprises, tout en leur permettant d’avoir un impact social positif. En effet, alors que les micro-entrepreneurs du secteur informel travaillent le plus souvent dans des conditions précaires, à leur compte, et sans reconnaissance légale, la mise en place de partenariats avec des entreprises formelles pourraient permettre d’améliorer les conditions de vie et de travail de ces travailleurs. Le rapport souligne en outre le grand potentiel de l’économie circulaire dans la lutte contre la pauvreté telle que définie par les Objectifs de Développement Durable, de par sa nature transversale.

Pour télécharger le rapport, cliquer ici.

 

 

 

Publicités