Baromètre de la Micro-finance 2016 : un secteur prometteur pour lutter contre l’exclusion

Pour la septième année consécutive, Convergences et ses partenaires ont publié le Baromètre de la Micro-finance, qui dresse l’état des lieux d’un secteur en pleine expansion. Cette nouvelle édition se concentre sur la contribution de la micro-finance à la réalisation des Objectifs de développement durable, adoptés par l’ONU en 2015.

BMF

Comme à son habitude, le Baromètre de la Micro-finance livre les chiffres clés du secteur et décrypte les grandes évolutions de la micro-finance pour l’année écoulée. Au niveau mondial, le développement de la micro-finance, continu depuis plusieurs années, ne s’est pas démenti en 2015 : l’année a été marquée par une croissance de 10% des encours et de plus de 15% des emprunteurs, d’après les estimations.

Le dossier spécial de cette septième édition est le suivant : « Objectifs de développement durable : quels enjeux pour la micro-finance ? ». Des études de cas dans plusieurs pays témoignent du rôle que peut jouer la micro-finance dans la poursuite de ces 17 objectifs. Des initiatives innovantes en faveur de l’inclusion et de l’accès aux services de base sont ainsi présentées dans différents secteurs :

  • Santé : de par les réseaux qu’elle a tissés, la micro-finance permet de toucher des populations exclues du système de santé. Dans ce contexte, la micro-assurance santé peut contribuer à étendre l’accès aux soins en zone rurale.
  • Sécurité alimentaire : malgré les difficultés inhérentes au financement des activités agricoles en zone rurale, le développement des partenariats multi-acteurs, allié à la mise en place d’approches adaptées, est prometteur afin de mieux servir les petits producteurs.
  • Éducation: la micro-finance a un rôle à jouer dans le financement de l’éducation, en participant au renforcement du système éducatif mais surtout en permettant aux parents de payer la scolarité de leurs enfants, à travers une large gamme de produits.
  • Énergie: bien que la micro-finance « verte » – financement des énergies renouvelables ou produits promouvant l’efficacité énergétique par exemple – soit encore peu développée, son potentiel pour lutter contre le changement climatique tout en développant l’accès à l’électricité est important.
  • Habitat: le financement de la construction de logements par des micro-crédits pourrait contribuer à donner accès à un logement décent et aux services essentiels aux populations à faibles revenus.

Le Baromètre de la Micro-finance présente aussi les évolutions du secteur en France et en Europe, soulignant la croissance du micro-crédit personnel et professionnel, preuve que la micro-finance a aussi un rôle à jouer dans les pays développés. En France, l’offre d’un micro-crédit afin d’aider les personnes en difficulté à financer la rénovation de leur logement se développe : après l’expérimentation d’un micro-crédit habitat, initié par les Caisses d’Épargne, avec la garantie du Fonds de Cohésion Sociale et de la Fondation Abbé Pierre en 2013, un micro-crédit destiné aux propriétaires modestes en Île-de-France a été créé par le Crédit municipal de Paris et ses partenaires en 2014.

En conclusion, le Professeur Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank et Prix Nobel de la Paix, souligne dans une interview la nécessité de réformer le système financier, au-delà de la micro-finance, afin d’intégrer ceux qui en sont exclus.

Pour retrouver l’édition 2016 du Baromètre de la Micro-finance, cliquez ici.

Publicités