La France des Invisibles : nouveau rapport du CRÉDOC

Le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie (CRÉDOC) a publié en avril 2016 un nouveau rapport intitulé La France des Invisibles.

La question de l’invisibilité sociale de certains groupes de population laissés à l’écart des statistiques, peu visibles des pouvoirs publics et par conséquent mal appréhendés par les politiques sociales, n’est pas nouvelle. Néanmoins, elle occupe une place grandissante dans le débat public. De plus en plus de travaux s’approprient ce sujet et tentent d’identifier le profil de ces populations par définition « hors normes ».

invisibilité sociale

L’étude du CRÉDOC analyse l’omniprésence du sentiment d’invisibilité en France : la moitié des Français estimeraient être confrontés personnellement « très souvent » ou « assez souvent » à des difficultés qui ne seraient pas considérées par les pouvoirs publics ou les médias. Les Français auraient par ailleurs le sentiment d’une aggravation de ces difficultés.

Ce rapport, réalisé à la demande de l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES), est basé sur un échantillon représentatif de la population française. Il reflète donc les discours produits et le sentiment général relatif à l’invisibilité sociale.

Le CRÉDOC y distingue « sept grands registres de difficultés qui nourrissent le sentiment d’invisibilité » :

La France des invisibles 2

Ce sentiment d’invisibilité sociale découlerait de l’impression que les pouvoirs publics et les médias appréhendent mal ces problématiques, par un manque d’efficacité ou d’adéquation des politiques publiques et par un décalage entre les messages relayés par les médias et le vécu des personnes. L’individualisme, la recherche du sensationnalisme et la cécité des pouvoirs publics sont ainsi les premiers facteurs d’invisibilité identifiés par les Français.

Selon le CRÉDOC, les Français identifient les conséquences de l’invisibilité sociale comme significatives : seul 1% des Français estiment que ce phénomène n’a aucune conséquence sur la société.

La France des invisibles 3

Enfin, cette étude met en avant un sentiment de distance vis-à-vis des élites et des discours dominants exprimé par une part croissante des Français, à la source d’un sentiment de mal-être et de pessimisme pour l’avenir.

 

 

Publicités