PAM : scanner son iris pour recevoir de l’aide alimentaire

Depuis mi-février, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a lancé un système innovant de reconnaissance rétinienne pour l’octroi de l’assistance alimentaire aux réfugiés syriens du camp King Abdullah Park, au nord-est de la Jordanie. Ou quand l’innovation technologique permet de repenser l’efficacité de l’aide humanitaire.

Photo_scan_iris

Face à l’afflux de réfugiés syriens en Jordanie, l’ONU avait remplacé la distribution de repas chauds par des cartes de crédit prépayées, afin de rendre la distribution de l’aide alimentaire plus flexible et durable. Une innovation basée sur le scan de l’œil est maintenant expérimentée depuis mi-février au camp King Abdullah Park.

Désormais, dans les commerces de ce camp de réfugiés, il n’est plus nécessaire de payer par carte ou par coupon pour récupérer ses denrées alimentaires. Un simple scan de l’œil effectué grâce à une caméra permet de comparer les informations avec celles contenues dans la base de données du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et de déduire les produits du solde mensuel de l’acheteur.

Ce système de reconnaissance de l’iris a un double avantage :

  • Pour le réfugié, il s’agit obtenir de façon simple et sûre ses denrées alimentaires, en limitant les problèmes liés à la perte, au vol ou à l’oubli de sa carte de paiement.
  • Pour le PAM, l’efficacité de l’aide est accrue grâce au ciblage des personnes ayant le plus besoin de l’aide et à la lutte contre la fraude.

Déjà expérimentée auprès de 700 réfugiés, cette innovation devrait être élargie à l’ensemble des camps de réfugiés syriens en Jordanie dans les prochains mois. Dans un second temps, et si les résultats de l’expérimentation sont probants, elle pourrait même être étendue aux zones extérieures aux camps.

Publicités