Le projet « Zéro Chômeur de Longue Durée » bientôt expérimenté

Jeudi 14 janvier, le Sénat a adopté le projet de loi visant à expérimenter le programme « zéro chômeur de longue durée » proposé par le mouvement ATD Quart Monde, dans une dizaine de communes. L’objectif de ce projet consiste à offrir aux chômeurs de plus d’un an un CDI dans une entreprise de l’économie sociale et solidaire (ESS) afin de répondre aux besoins locaux.

 maxnewsworldthree855540

En France, près de 2,5 millions de chômeurs sont inscrits à Pôle Emploi depuis plus de douze mois. Selon ATD Quart Monde, mouvement international luttant contre la pauvreté, si les emplois manquent, le travail aussi : il existerait de nombreux travaux utiles à la société qui ne sont pour le moment pas réalisés à cause de leur manque de solvabilité (ex : services de transport, entretien des rivières, services à la personne, etc.). Par ailleurs, selon une étude réalisée par l’organisation, le coût pour la collectivité nationale du chômage d’exclusion est d’environ 15 000 euros par personne et par an. ATD Quart Monde a ainsi pensé qu’il « serait possible et suffisant de rediriger ce coût pour financer les emplois manquants en assurant de bonnes conditions de travail ». C’est ainsi que le projet « Zéro Chômeur de Longue Durée » est apparu. En proposant un emploi au SMIC et de bonnes conditions de travail, ATD Quart Monde espère améliorer la perception des chômeurs dans la société et ainsi promouvoir leur intégration tout en répondant aux besoins des communautés locales.

Suite au vote de la loi permettant l’expérimentation de ce programme, 10 territoires volontaires (principalement des communes de petite taille situées en zone rurale) regroupant 2 000 chômeurs de plus d’un an vont mettre en place le projet qui se structurera autour d’entreprises conventionnées, à créer ou existantes, à but d’emploi et non lucratives. Ces entreprises permettront de créer des emplois en fonction des besoins du territoire. Ainsi, l’entreprise identifiera les travaux répondant aux besoins des acteurs locaux (entreprises, habitants, collectivités) et correspondant aux compétences et souhaits des chômeurs concernés. À noter : étant donné le manque de solvabilité de ces travaux, ATD Quart Monde estime que le modèle n’entre pas en concurrence avec l’économie de marché.

Quant au financement du projet, la réaffectation des coûts et manques à gagner dûs à la privation durable d’emploi financera les travaux. Le chiffre d’affaires réalisé par la vente des travaux semi-solvables effectués viendra également compléter le financement.

Ce programme se développera en parallèle du plan d’urgence contre le chômage détaillé par le Président Hollande lundi 18 janvier.

Publicités