Le point sur les nouveaux Objectifs de Développement Durable

Vendredi 25 septembre, les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont été adoptés par 193 dirigeants de la planète lors de la première journée de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York. Ces 17 objectifs et 169 cibles à atteindre d’ici 2030 prennent ainsi la relève des 8 objectifs et 21 cibles des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui s’achevaient en 2015.

Image1

Pour rappel, les Objectifs du Millénaire pour le Développement, fixés en 2000, devaient être atteints en 2015. Malgré les progrès réalisés ces quinze dernières années en termes de développement, notamment la réduction de moitié du nombre d’enfants non scolarisés et en âge d’aller à l’école ainsi que la  diminution de l’extrême pauvreté passant de 1.9 milliard de personnes en 1990 à 836 millions en 2015, les OMD n’ont pas été atteints.

Annoncés lors du sommet « Rio +20 » en 2012, les ODD devaient ainsi prendre la relève des OMD à partir de 2015. Plus de huit millions de personnes ont participé à une enquête menée au niveau mondial et 70 pays ont travaillé sur la définition de ces nouveaux objectifs qui entreront en vigueur le 1er janvier 2016. Cette approche de consultation est innovante, comme l’a rappelé Anne-Laure Jeanvoine, conseillère au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : « ces ODD ont été élaborés par les États membres, avec l’association de nombreuses parties, la société civile, alors que les OMD avaient été fixés par les Nations unies et les pays n’avaient eu qu’à les adopter ». Les ODD diffèrent également des OMD puisqu’ils s’appliqueront à tous les pays, contrairement aux OMD qui ont souvent été perçus comme un agenda planifié par les pays du Nord pour le Sud. Ces nouveaux objectifs sont fondés sur les trois piliers du développement durable : le social, l’économique mais aussi l’environnement – pilier auquel un objectif seulement avait été accordé dans les OMD. Les ODD sont donc très ambitieux – voire trop selon les ONG qui jugent le nombre de cibles trop important, augmentant le risque de dilution des priorités.

En effet, s’il a engendré beaucoup d’enthousiasme, le programme des ODD a également soulevé des critiques. Ces nombreux objectifs sont jugés difficilement réalisables à la vue des financements nécessaires pour les atteindre. Selon le Comité Intergouvernemental d’experts sur le financement du développement durable qui a tenté, en août 2014, de quantifier les besoins financiers de ce programme, il faudrait près de 66 milliards de dollars par an pour éradiquer l’extrême pauvreté dans tous les pays. Ce sont également entre 5 000 et 6 000 milliards de dollars d’investissement annuel qui seraient nécessaires pour mettre en place les infrastructures requises au développement, telles que l’électricité, l’eau ou l’agriculture. Sachant que le financement public international du développement a atteint 239 milliards de dollars en 2014, l’action publique ne pourra pas parvenir à tout financer. La mobilisation de ressources privées, sur laquelle l’ONU compte, sera donc particulièrement nécessaire.

Pour retrouver la liste des 17 nouveaux Objectifs du Développement Durable, cliquez ici.

Advertisements