8ème édition du Forum Convergences : les points clés

La 8ème édition du Forum Mondial Convergences s’est tenue à Paris du 7 au 9 septembre. Cette édition a rassemblé des représentants de la société civile, des pouvoirs publics, des professionnels du secteur privé, des entrepreneurs sociaux et des experts du développement autour d’un objectif partagé : Zéro exclusion, Zéro carbone, Zéro pauvreté.

11694989_10153433461254929_460476738100624014_n

Plus de 7 000 participants et 355 intervenants se sont réunis au Palais Brongniart, dans un contexte international particulièrement riche avec la conférence sur le climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre et l’adoption, ce mois-ci, des nouveaux Objectifs de Développement Durable (ODD). Trois grandes thématiques ont été abordées au cours du Forum :

  • Les nouveaux objectifs de développement durable, et maintenant ?
  • Les modèles économiques qui accélèrent le changement sociétal
  • L’agenda des solutions pour répondre au défi du changement climatique

La conférence « Business inclusif et social business » a particulièrement retenu notre attention. Ayant comme intervenant Rachel Barré, responsable « Biodiversité & sourcing durable » chez l’Oréal, Philippe Dabat, directeur général délégué de AG2R La Mondiale, Climène Koechlin, directrice du World Forum for a Responsible Economy, Antonio Meloto, président-fondateur de Gawad Kalinga et Dr. Sally Uren, directrice général de Forum for the Future, cette conférence s’est organisée autour de 4 questions principales :

  • Quelles sont les motivations des entreprises pour ces nouveaux modèles économiques et qu’en attendent-elles ?
  • Quels sont les obstacles rencontrés pour déployer des modèles à fort impact social et/ou environnemental au sein de l’entreprise ?
  • Comment ces modèles permettent-ils d’innover, de mobiliser de nouveaux talents et de développer de nouvelles opportunités ?
  • Les enjeux de la mise en œuvre : comment passer le cap du changement d’échelle ? Comment mesurer l’impact de ces projets ?

Parmi les points importants à retenir de cette conférence :

  • Si l’entrepreneuriat social et la Responsabilité Sociétale des Entreprises ne sont pas encore acceptés par tous, il est important de mettre en avant les succès de ces stratégies, de faire tomber les barrières en expliquant clairement les projets et de fédérer les parties prenantes.
  • Le social business est désormais une passerelle entre le local et l’international, le top-down et le bottom-up. Les intervenants ont notamment souligné qu’il existait de nombreuses opportunités à l’étranger pour développer des modèles « gagnant-gagnant » : d’un côté, il y a des ressources et des marchés peu exploités, de l’autre, il y a l’expertise et la recherche de relais de croissance. Alors que les grands groupes ont parfois du mal à innover, le business social peut par ailleurs être un nouveau moteur d’innovation. Enfin, les intervenants ont rappeler que, pour maintenir leurs positions sur la scène internationale, ces grands groupes ont intérêt à s’associer aux jeunes entrepreneurs afin de pouvoir innover et rivaliser avec les entreprises des pays émergents.
  • Face à ces enjeux, la table ronde s’est accordée sur l’importance d’accélérer et de passer à l’échelle en matière d’innovation sociale.

Publicités