Orange s’attaque aux smartphones low-cost en Afrique

En mai dernier, Orange a officiellement lancé sa nouvelle offre low-cost à destination du marché africain : Klif, un smartphone à 32 euros fonctionnant sous le système d’exploitation Firefox OS, développé par la fondation Mozilla. Dans un continent où l’accès à Internet est encore réservé à une minorité, Orange vise à « donner accès au Web à des millions de personnes ne pouvant jusqu’alors bénéficier d’offres mobiles ».

klif

Orange Klif a été présenté au Mobile World Congress 2015 de Barcelone en mars 2015 et lancé initialement au Sénégal et à Madagascar. Cependant, l’offre sera disponible par la suite dans 11 autres pays de la zone Afrique-Moyen Orient où Orange opère : l’Égypte, la Tunisie, la Jordanie, le Cameroun, le Botswana, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Kenya, l’Île Maurice et l’île de Vanuatu. Commercialisé à un peu moins de 32 euros (20 900 francs CFA), le nouveau smartphone comporte un écran de 3,5 pouces, un appareil photo de 2 mégapixels et est vendu avec 1,5 Go de données Internet à consommer durant trois mois.

Alors qu’uniquement 22% de la population africaine a accès régulièrement à Internet (contre une moyenne mondiale de 42%), Orange espère donner ainsi un élan à l’adoption de smartphones et à l’utilisation d’Internet dans la région : « Même si la révolution des smartphones a déjà commencé il y a longtemps en Afrique, une part de la population reste en marge, non seulement en raison du coût des appareils mais aussi de celui des données mobiles », selon Yves Maître, Vice-Président exécutif du département Objets Connectés et Partenariats du groupe Orange. Mozilla, partenaire d’Orange pour cette offre, y voit aussi son intérêt : le marché africain n’étant pas encore conquis par Google et Apple, il s’agit d’une bonne occasion pour la fondation d’introduire son système d’exploitation Firefox OS sur de nouveaux marchés.

Néanmoins, bien que le marché ne soit pas encore très mature, Orange Klif devra faire face à une concurrence grandissante :

  • Des concurrents internationaux comme Tecno, un fabricant chinois de téléphones mobiles qui mise toute son offre sur l’Afrique et qui prévoit de lancer cette année un smartphone à 30 dollars au Nigeria.
  • Des concurrents plus locaux, à l’instar de la compagnie sud-africaine CZ Electronics qui a sorti le premier smartphone « made in Africa » vendu entre 45 et 115 euros, et qui connaissent bien les marchés locaux.
Advertisements