Clubinternet : apprendre aux usagers à bas revenus à utiliser Internet

D’après un rapport récent publié par McKinsey & Company, 60% de la population mondiale (soit 4,3 milliards de personnes) n’aurait pas accès à Internet. Pour pallier ce manque de connectivité, l’entrepreneur pakistanais Hassan Baig a lancé en février 2015 une nouvelle start-up : ClubInternet. Selon l’entrepreneur, pour « connecter les non-connectés », il ne suffit pas seulement de leur donner accès à la technologie, il faut aussi leur apprendre à l’utiliser. Cette initiative rappelle que, derrière un enjeu purement technologique, la fracture numérique soulève aussi – et surtout – un enjeu comportemental.

 clubinternet-browser-internettutor-720x428

Selon Hassan Baig, les freins majeurs à l’utilisation d’Internet ne sont pas d’ordre financier mais plutôt sociaux et culturels. Constatant les difficultés rencontrées par les nouveaux utilisateurs de smartphones, habitués pour la plupart à des téléphones très basiques, l’entrepreneur a vite compris qu’il ne suffisait pas de leur fournir uniquement la technologie. Ainsi, ClubInternet prend la forme d’un navigateur Internet qui guide les usagers tout au long de l’utilisation et leur montre comment surfer : « an internet browser that guides its users on how to sign up for and use basic Internet services, such as search engines, social networks, and instant messaging – is the answer ».

L’entrepreneur pakistanais a en effet une vision assez différente de celle des grandes entreprises du Web qui se sont aussi lancées sur le marché de « l’Internet pour tous ». Par exemple, pour Mark Zuckerberg, PDG de Facebook qui a récemment lancé l’initiative Internet.org, les principaux obstacles entravant l’accès à Internet seraient le coût et l’accessibilité. ClubInternet n’envisage donc pas un partenariat avec la firme américaine ; pour H. Baig, Internet.org ne s’attaque qu’à une partie du problème en fournissant des téléphones portables et une connexion Internet à bas prix : « A smartphone for the unconnected cannot be the same as the smartphone for the connected, only cheaper. It needs to be reimagined from the ground up ». 

Une première version du logiciel ClubInternet est actuellement en cours de test sur 25 000 smartphones au Pakistan. Encore au stade de pilote, ce projet témoigne néanmoins de l’importance d’adopter une approche comportementale – privilégiant un fort accompagnement des utilisateurs – pour lutter contre la fracture numérique.

Ces enjeux se retrouvent également dans les pays développés. En France par exemple, où 17% des Français se considèrent déconnectés*, l’association Emmaüs Connect a été créée en 2013 pour répondre à la problématique de la fracture numérique, en partenariat avec SFR. Le programme Connexions Solidaires met ainsi l’accent sur la construction d’outils tels que des formations et des sessions d’accompagnement personnalisé afin de favoriser l’inclusion numérique pour tous.

* Source : Emmaüs Connect

Publicités