UNICEF : le bien-être des enfants mis à mal par la récession

L’UNICEF a publié le 28 octobre dernier un rapport intitulé « Les enfants de la récession », révélant l’ampleur de l’impact de la crise économique et financière de 2008 sur le bien-être des enfants dans les pays développés. L’objectif de l’organisation était de « comparer les résultats des pays économiquement avancés pour garantir les droits et le bien-être de leurs enfants » et démontre que la situation varie grandement en fonction de trois facteurs principaux : la situation économique antérieure, les mesures de protection sociale en vigueur et les mesures anti-crise prises par les gouvernements.

Le rapport alarmant de l’UNICEF révèle ainsi qu’au sein des 41 pays de l’Union Européenne et/ou de l’OCDE étudiés, 76,5 millions d’enfants vivent dans la pauvreté. Seul 18 pays ont réussi à limiter voire réduire la pauvreté des enfants malgré la récession. Ainsi, le nombre d’enfants passés sous le seuil de pauvreté dépasse de 2,6 millions le nombre de ceux qui en sont sortis depuis 2008.

Dans 28 des 31 pays européens étudiés, le taux pauvreté a augmenté plus rapidement chez les jeunes que chez les personnes âgées. Les enfants pauvres ont ainsi été les plus affectés par la crise, laissant supposer que les mesures de protection ont été plus efficaces pour certaines catégories de la population.

L’étude met en exergue les liens existant entre l’aggravation de la pauvreté des enfants et la situation économique. Ainsi, les pays les plus touchés sont l’Islande, la Grèce, la Lettonie, la Croatie et l’Irlande. Dans ces pays bénéficiant de l’aide du FMI et/ou connaissant des problèmes budgétaires manifestes, la pauvreté des enfants a augmenté de 10 à 20 points.

Cinq pays ont néanmoins réussi à réduire la pauvreté des enfants de près de 30% : le Chili, la Finlande, la Norvège, la Pologne et la République Slovaque.

La France se situe au 30ème rang lorsque l’on compare l’évolution de la pauvreté des enfants et fait ainsi figure de mauvais élève : « Des taux de chômage inégalés depuis la Grande Dépression des années 30 ont empêché de nombreuses familles de garantir les soins, la protection et les possibilités auxquelles les enfants ont droit ».Bien que 5ème puissance mondiale, la France n’a pas su prendre les mesures nécessaires pour stabiliser ou diminuer la pauvreté des enfants. Ainsi, entre 2008 et 2012, 440 000 enfants sont passés sous le seuil de pauvreté en France et la pauvreté des enfants a augmenté de 3 points, passant de 15,6% à 18,6% sur cette période.

Advertisements