Le Secours Populaire tire la sonnette d’alarme sur la pauvreté en France

Le Secours Populaire Français (SPF) a publié le 11 septembre 2014 une étude intitulée « Situations de survie – La pauvreté s’étend et s’enracine ».

L’étude, qui s’appuie sur les résultats du baromètre Ipsos-SPF sur la perception de la pauvreté ainsi quesur une enquête réalisée par le Secours Populaire auprès de ses bénéficiaires, dresse un constat sans appel : la pauvreté gagne du terrain en France et plus de la moitié des Français déclarent avoir été sur le point de connaître la pauvreté au cours des dernières années.

SPF

En 2013, le Secours Populaire a accompagné plus de 600 000 familles en situation de précarité ou de pauvreté. Parmi elles, 161 572 ont participé à l’enquête menée par le SPF au sein de ses permanences à travers le territoire. Près de la moitié des personnes interrogées ont accepté de fournir des informations relatives à leurs ressources (salaire, RSA, aides sociales, etc.).

L’étude montre que 30% de ces ménages survivent avec moins de 750€ par mois, bien en deçà du seuil de pauvreté français fixé à 987€ mensuels (pour une personne seule). De plus, alors que le revenu moyen par ménage s’élève en France à 2450€ bruts, 43% des bénéficiaires du Secours Populaire ont un revenu mensuel compris entre 750 et 1250€ et 20% entre 1250 et 1750€. A titre de comparaison, selon l’Observatoire des inégalités, 15% de la population française touchait moins de 1250€ en 2011 alors que la moitié était sous la barre des 1750€ nets mensuels.

Cette enquête de terrain a également permis de révéler le montant « disponible pour vivre » de ces ménages, soit la somme allouée aux achats alimentaires et vestimentaires, une fois le loyer et autres charges réglés. En moyenne, pour les familles accompagnées par le Secours Populaire, le « disponible pour vivre » par jour et par personne s’élève à 5,60€. Mais cette moyenne cache des disparités :

  • Pour 19% des ménages, il est compris entre 0,50 et 3€ ;
  • Pour 27%, entre 3,50 et 5€ ;
  • Et pour 6,5% d’entre eux, il est négatif ou nul.

Cette étude fait également état du baromètre Ipsos-SPF sur la perception des Français de la pauvreté, conduit pour la huitième année consécutive. . Il révèle que plus de la moitié des Français déclarent avoir été sur le point de connaître la pauvreté. De plus, 66% de la population déclare avoir un proche en situation de pauvreté, ce qui représente une hausse de 10 points par rapport à 2007.

Cet enracinement de la pauvreté, dû à une baisse des revenus, renforce la vulnérabilité de ces ménages face aux imprévus, notamment du fait de leur difficulté à épargner. Par ailleurs, il accentue le renoncement aux soins des ménages précaires. Ainsi, 18% des personnes des personnes interrogées affirment avoir renoncé à un rendez-vous chez le dentiste pour des raisons financières (contre 13% en 2008).

Publicités