US Financial Diaries : un nouveau regard sur les comportements financiers des populations précaires aux USA

The US Financial Diaries project (USFD) est un nouveau projet de recherche qui a pour objectif de documenter de manière précise le budget et les finances quotidiennes des personnes à revenu faible et modéré aux Etats-Unis. Comprendre la façon dont ce segment de la population utilise ses ressources disponibles (qu’elles soient formelles ou informelles) pour couvrir ses dépenses et faire face aux imprévus est le fil conducteur de cette étude qui se situe à mi-chemin entre un projet de recherche académique et un projet d’innovation, puisque l’objectif consiste à identifier de nouveaux services financiers qui seraient à même de répondre aux besoins de ces populations.

Ce projet fait suite à l’étude « Portfolios of the Poor », publiée en 2009, qui visait à analyser les comportements financiers des populations du bas de la pyramide dans les pays émergents. Ces deux projets, tous deux portés par Jonathan Morduch, ont suivi la même méthodologie.

USFD

Le projet US Financial Diaries est porté par trois organisations américaines :

Plus de 200 ménages américains, se situant juste au-dessus et au-dessous du seuil de pauvreté, ont été étudiés pendant un an. La méthodologie utilisée est la suivante :

  • Visites d’un enquêteur une à deux fois par mois ;
  • Réalisation d’un questionnaire initial (pour comprendre la composition du ménage, son revenu typique, ses biens, son historique salarial, son utilisation des services financiers, etc.) ;
  • Constitution des « journaux financiers », sortes de cahiers qui retranscrivent, de manière très précise toutes les transactions financières du ménage (salaires, prêts, retraits, virements, épargne, etc.).

Pour mener à bien leur projet, les chercheurs se sont focalisés sur les thématiques suivantes : la volatilité des revenus, la planification du budget, l’accès au crédit, les perceptions concernant les produits financiers et leurs fournisseurs et sur les dynamiques communautaires.

Le projet est encore en cours, mais des résultats préliminaires ont d’ores et déjà été communiqués, à partir des premières données recueillies. Parmi les principaux enseignements :

  • Les recherches contredisent l’idée reçue selon laquelle les ménages à revenu faible ou modéré, ayant un volume d’argent moindre à gérer, auraient une « vie financière » facilitée: au contraire, du fait de leur situation souvent complexe, ils auraient besoin de services financiers adaptés, qui n’existent pas aujourd’hui.
  • L’instabilité financière est par ailleurs l’un des grands défis auquel doit faire face ce segment de population : la volatilité des revenus (plusieurs sources de revenus aux cycles de paiement divergents) complique le respect des échéances. Il existe ainsi un besoin de créer des services financiers permettant à ces ménages de mieux gérer la fluctuation de leurs revenus mais aussi de réduire l’amplitude de ces variations. En effet, 77% des personnes étudiées favorisent la stabilité financière à une augmentation des revenus.

Les résultats complets de l’étude vont paraître dans les mois à venir sur le site internet dédié, où les profils des ménages étudiés sont dès à présent disponibles.

Un projet qui fait suite à l’initiative Portfolios of the Poor

Le projet USFD s’inscrit dans la continuité du projet « Portfolios of the Poor » mené dans plusieurs pays en développement entre 1999 et 2005 par Daryl Collins, Jonathan Morduch, Stuart Rutherford et Orlanda Ruthven. Cette étude visait à comprendre les comportements financiers et la gestion budgétaire des ménages pauvres au Bangladesh, en Inde et en Afrique du Sud, à travers la constitution de journaux financiers très précis, retranscrivant l’ensemble des opérations financières des ménages, de la manière la plus exhaustive possible.

Les résultats de ce travail de terrain de longue haleine (300 ménages ont en effet participé à cette enquête, s’entretenant toutes les deux semaines pendant un an avec un enquêteur dédié), ont été publiés dans un ouvrage intitulé “Portfolios of the Poors, How the World’s Poor live on $2 a day”.

Les principaux enseignements qui ont pu être tirés de ces travaux ont permis de porter un nouveau regard sur les finances des populations du bas de la pyramide. Le caractère fortement irrégulier et imprévisible des revenus est l’une des caractéristiques majeures de ces ménages. Cette recherche a également mis en exergue la diversité des portefeuilles d’options auxquels peuvent accéder ces ménages pour financer leurs projets, notamment par la cohabitation du formel et de l’informel (notamment au sein de réseaux communautaires). Enfin,  les chercheurs ont pu déterminer que les taux d’intérêt pratiqués sont certes complexes à décrypter mais souvent faibles, contrairement aux idées reçues.

Publicités