La Grameen Bank, du Bangladesh aux Etats-Unis

Après avoir conquis le Bangladesh et l’Inde, Muhammad Yunus œuvre désormais aux États-Unis. Fondateur du 1er établissement de micro-crédit et Prix Nobel de la Paix en 2006, le professeur Yunus a créé la Grameen America aux États-Unis en 2008, sur le modèle de la Grameen Bank développée au Bangladesh.

grameen-650Les États-Unis demeurent extrêmement marqués par la crise économique et financière de 2007-2009. En avril 2009, 14,5 millions d’Américains avaient perdu leur emploi. Si la situation s’est améliorée depuis, un habitant sur sept vit encore sous le seuil de pauvreté, dont un enfant sur cinq. Dans ce contexte, la Grameen America a distribué 140 millions de dollars de microcrédit et permis de créer 25 000 emplois.

L’idée de la banque est simple : s’appuyer sur les femmes pour développer l’activité économique. Pour ce faire, la Grameen Bank accompagne les bénéficiaires tout au long de leur projet. Au moment de leur demande de prêt, les futures entrepreneuses sont invitées à suivre une formation basique d’une semaine en management et gestion de l’entreprise. En échange, elles reçoivent un micro-crédit d’environ 1 500 dollars. Une fois leur activité lancée, des rendez-vous réguliers sont organisés chaque semaine entre l’entrepreneuse et la banque pour suivre le déroulement du projet et envisager des marges de progression. Cet accompagnement peut durer plusieurs années.

Elles sont aujourd’hui 23 000 à avoir bénéficié de prêts. Aucune institution bancaire n’avait enregistré de tels résultats depuis six ans aux États-Unis. Avec près de 99% des crédits remboursés, le taux sur investissement est également positif.

Muhammas Yunus explique le succès de son entreprise de façon très simple : « Quand on réinjecte l’argent gagné dans la communauté pour que les autres, les plus nécéssiteux, puissent eux-mêmes créer de la valeur, nous créons un cercle vertueux et contribuons à résoudre le problème de la pauvreté dans le monde ».

Le succès de la Grameen Bank est reconnu par tous sur le territoire américain, où Muhammad Yunus bénéficie d’une très forte notoriété. L’association The B team, qui réunit des chefs d’entreprise emblématiques en faveur d’une économie plus humaine et environnementale, soutient ainsi son projet. Un film, « To catch a dollar », est également en projet pour retracer l’aventure de la Grameen America.

Publicités