Reverse innovation : le mobile-banking de l’Afrique à l’Europe

Le groupe britannique Vodafone vient de lancer son service de mobile-banking M-Pesa en Roumanie. Avec 16,8 millions de clients en 2013 et un volume de transactions de l’ordre de 1,2 milliard de dollars par mois, ce service a déjà révolutionné les pratiques bancaires sur le continent africain. Service initialement destiné aux populations des pays du Sud, M-Pesa illustre ainsi la logique d’innovation inversée.

téléchargement (2)Le service M-Pesa a été initialement lancé au Kenya en 2007 par Safaricom, filiale de Vodafone. Depuis, ce service s’est étendu à l’Égypte, l’Inde, le Lesotho et au Mozambique. Certains Africains paient désormais les factures d’eau et d’électricité, transfèrent de l’argent à des tiers ou encore achètent dans des boutiques ou magasins à travers le téléphone portable. Avec la solution de paiement M-Pesa, Safaricom est devenue une référence en Afrique de l’Est.

La compagnie opère aujourd’hui un tournant stratégique en lançant pour la première fois ce service dans un pays européen. En cela, M-Pesa s’inscrit dans la logique de la reverse innovation ou innovation inversée, qui caractérise une innovation qui émerge au Sud, dans les pays en voie de développement, avant d’être ensuite adoptée au Nord dans les pays développés.

En effet, avec un taux de bancarisation relativement faible (moins de la moitié de la population) et un nombre élevé de téléphone mobile par habitant, la Roumanie se rapproche des caractéristiques des marchés en développement du Sud. Sept millions de Roumains sont ainsi abonnés aux services de téléphonie mobile, mais continuent d’utiliser de l’argent liquide pour leurs transactions quotidiennes.

L’inclusion financière représente donc un enjeu important dans le pays, auquel le service M-Pesa propose de répondre à travers le mobile-banking. Le client abonné au service dispose d’un e-compte lié à sa carte SIM, sur lequel il peut verser de l’argent, le recevoir ou le transférer à un tiers. À titre d’exemple, il peut payer des factures (d’énergie, de téléphone, etc.), faire des dépôts, retirer de l’argent auprès des établissements agréés, voire réaliser des achats chez les commerçants qui l’acceptent. Trois cent boutiques et autres points de présence Vodafone ont ouvert en Roumanie pour assurer un rôle d’agences, dans lesquelles les clients peuvent effectuer dépôts et retraits sur leurs comptes.

Si Vodafone a obtenu une licence d’opérer dans plusieurs pays européens, l’accent serait principalement mis sur l’Europe centrale et orientale selon ses dirigeants. Le processus d’innovation inversée appliqué au domaine des télécoms se limite en effet à l’expansion rapide du smartphones en Europe occidentale, dont les fonctionnalités dépassent les services proposés par M-Pesa.

Advertisements