Pearson investit dans l’éducation pour tous

Pearson PLC, premier Groupe pour l’éducation dans le monde, s’est lancé en mai 2012 dans la lutte contre l’exclusion à travers son Pearson Affordable Learning Fund (PALF). Doté d’un capital initial de 15 millions de dollars, sa mission est d’investir dans des projets innovants facilitant l’accès à l’éducation des personnes à bas revenus sur les marchés émergents. Un an après sa création, le PALF présente un bilan très positif : trois projets sont déjà soutenus et de nombreuses perspectives d’investissements futurs sont en cours.

Sans titre

En 2011, 57 millions d’enfants en âge d’être à l’école n’avaient pas accès à l’éducation primaire, et 69 millions d’adolescents entre 12 et 15 ans n’étaient toujours pas scolarisés. Il devient clair que l’accès universel à l’éducation primaire à l’horizon 2015, érigé en objectif de développement du millénaire par la communauté internationale, ne sera pas atteint. Dans son rapport de suivi « Education pour tous » paru en février 2013, l’ONU a estimé à 65 milliards de dollars par an l’écart à combler d’ici 2015, pour assurer une instruction primaire universelle.

Dans ce contexte, davantage d’attention devrait être accordé aux initiatives privées, qui contribuent efficacement à inclure les plus démunis. Ces dernières années ont en effet enregistré une poussée importante du secteur de l’éducation privée et ont vu se multiplier des écoles low-cost dans les pays en développement. L’initiative de Pearson plc, à travers le PALF, est à cet égard emblématique. Trois projets ont déjà vu le jour :

  • En partenariat avec Village Capital, un fonds d’investissement dédié aux entreprises à impact social, le PALF a mis en place le Edupreneurs incubator program en Inde, à destination des entrepreneurs locaux en matière d’éducation low-cost. Pendant 12 semaines, de septembre à novembre, des équipes comptant jusqu’à 16 start-ups bénéficieront de conseils et de soutien, ainsi que de connexions avec de potentiels investisseurs. Un système d’évaluation par les pairs permettra à deux équipes gagnantes de remporter 75 000 dollars chacune pour lancer leur projet.
  • Omega Schools est une chaîne d’écoles basée au Ghana, comprenant initialement une dizaine d’établissements concentrés dans l’agglomération d’Accra. L’investissement fait par le PALF en mai dernier vise à permettre à la chaîne de se développer jusqu’à inclure des dizaines de milliers de bénéficiaires dans tout le pays. Omega Schools compte aujourd’hui 20 écoles et vise un objectif de 36 établissements à la fin 2013.
  • Bridge International Academies est la plus grande chaîne d’écoles maternelles et primaires au monde, basée au Kenya et comptant plus de 130 établissements dans le pays. Un modèle unique d’intégration verticale, appelé « Academy-in-a-box« , permet de réduire les coûts jusqu’à atteindre 4 dollars par élève par mois, tout en accroissant la qualité du service fourni grâce aux économies d’échelle et à une utilisation optimale des nouvelles technologies.

Toutefois, au-delà du bilan très positif du PALF, on observe que l’impact investing en matière d’éducation se trouve aujourd’hui freiné par une insuffisance de structures de capital-risque à destination des petits entrepreneurs locaux, un manque de support opérationnel et une législation variable selon les pays. Enfin, contrairement à d’autres secteurs, celui de l’éducation nécessite une expertise en la matière : l’investisseur doit pouvoir conseiller son bénéficiaire quant au résultat attendu, faute de quoi on risque de voir se multiplier des solutions d’éducation médiocres. Beaucoup reste encore à faire, notamment une meilleure coordination entre les sphères publique et privée, mais les succès du PALF constituent un exemple encourageant pour l’avenir.

Publicités