« Statistiques sanitaires mondiales 2013 » : compilation annuelle des données sanitaires de l’OMS

A l’instar des années précédentes, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié une compilation des données sanitaires 2013 des 194 États membres. Ces dernières soulignent, notamment, les progrès qui ont été accomplis vers les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) liés à la santé.

OMS web

La publication « Statistiques sanitaires mondiales 2013 » de l’OMS fait partie intégrante des efforts de l’organisation pour améliorer l’accès à des statistiques comparables de haute qualité dans le secteur de la santé.

Dans une première partie, le rapport dresse un état des lieux des progrès qui ont été accomplis par les différents pays membres dans les OMD liés à la santé : la réduction de la mortalité de l’enfant et de la mère, l’amélioration de la nutrition et la diminution de la morbidité et de la mortalité dues aux infections au VIH, à la tuberculose et au paludisme.

De manière générale, les progrès liés à ces objectifs se sont accélérés au cours des dernières années, bien que de profondes disparités peuvent encore être constatées entre les différents pays et à l’intérieur d’un même Etat. A titre d’exemple, le continent africain reste, de loin, la région de l’OMS supportant le plus fort ratio de mortalité maternelle (plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale). De même, 80 % de la mortalité estimée comme attribuable au paludisme se concentre dans seulement 14 pays.

OMS bis web

Cette disparité se retrouve également entre les différents objectifs. Si le nombre annuel de nouveaux cas de tuberculose diminue lentement mais sûrement, la lenteur des progrès constatés quant à l’accès à des installations d’assainissement de base ne présage pas la réalisation de cet objectif d’ici 2015. A ce propos, l’OMS souligne que l’accès à une eau de boisson sans risque sanitaire et à un assainissement de base sera l’un des principaux défis post-2015 à relever.

Dans un second temps, l’OMS analyse plus en profondeur deux grands enjeux liés à la réalisation des OMD :

  • L’évolution des disparités entre les pays sur le plan sanitaire depuis le lancement des OMD ;
  • L’état de l’aide publique au développement (APD) en faveur de la santé.

L’APD en faveur de la santé (flux de financement émis par des agences gouvernementales pour promouvoir ce secteur dans les pays bénéficiaires) a presque triplé entre 2002 et 2011, passant de 6,2 milliards de dollars à 18,4 milliards. L’OMD ayant le plus bénéficié de l’APD est celui concernant la diminution de la mortalité due aux infections au VIH, à la tuberculose et au paludisme (l’APD, dans ce secteur, a été multipliée par 5 entre 2002 et 2011). Cette augmentation substantielle est, de plus, sous-estimée car elle n’inclut pas les fonds apportés par le secteur privé, qui comprend notamment les ONG et les fondations telles que la Fondation Bill et Melinda Gates.

Néanmoins, l’OMS rappelle que la crise économique mondiale a entrainé une légère baisse de l’APD à partir 2009, alors qu’elle atteignait plus de 20 milliards de dollars. L’Organisation reste toutefois optimiste et considère que le volume des fonds parvenant aux pays à faible revenu pourrait continuer à croitre grâce à l’augmentation des flux provenant, notamment, des donneurs bilatéraux non traditionnels comme le Brésil, la Chine, l’Inde et les États du Golfe.

En guise de conclusion, l’OMS fournit une série de statistiques décrivant l’état actuel de la santé et des systèmes de santé dans les pays membres, tout en rappelant que ces estimations sont entachées d’une incertitude considérable en raison du grand nombre de pays dotés de systèmes d’information statistique et sanitaire peu performants.

Le rapport est téléchargeable ici.

Advertisements