DSM renouvelle son partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial jusqu’en 2015

A l’occasion du Forum Economique Mondial fin janvier 2013,  DSM, entreprise scientifique d’envergure internationale spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et des matériaux, a annoncé le renouvellement de son partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), agence onusienne en première ligne dans la lutte contre la faim dans le monde. Ce partenariat a été mis en place pour mener un combat efficace contre les déficiences en micronutriments dans les pays en développement.

Copyright: WFP/James Giambrone

Copyright: WFP/James Giambrone

D’après le PAM, une personne sur huit dans le monde souffre de carences nutritionnelles. Cette « faim silencieuse » est la principale cause de mortalité infantile au niveau mondial. Selon les estimations de l’OMS et de l’UNICEF, en Asie, plus de 13 millions d’enfants naissent chaque année  avec des déficiences mentales causées par les carences en micronutriments dont souffrent leurs mères et près de 500 000 enfants âgés de moins de 5 ans meurent chaque année de carences en vitamine A. Pour faire face à cette situation alarmante, DSM et le PAM ont conclu en 2007 un partenariat visant à développer et distribuer des produits ultra nutritifs dans divers pays en développement tels que le Népal, le Kenya, le Bangladesh et l’Afghanistan. Au cours de ces six années de partenariat, près de 15 millions de personnes par an ont pu bénéficier de produits spécialement conçus pour lutter contre les déficiences en micronutriments, tels que les sachets de vitamines en poudre MixMe, saupoudrables sur les repas, ou encore le riz fortifié Nutririce. Ce dernier représente en effet un enjeu de taille en termes de lutte contre la malnutrition dans le monde tel que l’a récemment rappelé le porte-parole du PAM pour l’Asie, Marcus Prior.

A l’occasion du renouvellement de leur collaboration, DSM et le PAM se sont fixé de nouveaux objectifs à atteindre d’ici 2015 :

  • Doubler le nombre de bénéficiaires, passant de 15 millions à 25-30 millions (soit 1000 bénéficiaires par an pour chacun des 24 000 employés de DSM).
  • Agir en priorité pour les femmes enceintes ou qui allaitent, les enfants en bas âge ainsi que les familles les plus vulnérables. Cette orientation stratégique s’inscrit dans le programme emblématique de l’ONU « 1000 premiers jours de la vie » visant à éliminer la malnutrition infantile.
  • Redoubler d’effort quant à l’engagement des employés de DSM dans les programmes de levée de fonds du PAM ainsi que dans ses opérations de distribution alimentaire dans les écoles du monde entier.

La collaboration entre DSM et le PAM est un exemple réussi de partenariat public-privé qui, en alliant l’expertise technique du secteur privé à la force de frappe de l’ONU, a permis d’apporter une  solution d’envergure au problème de la malnutrition dans le monde :

  • « Les partenariats public-privé peuvent amplifier et accélérer l’impact des différentes parties prenantes, qu’il s’agisse des gouvernements, des entreprises, des scientifiques ou des ONG », Feike Sijbesma, PDG de DSM.

Dans le cadre de ce partenariat, DSM et le PAM ont notamment reçu en 2010 le prix « World Business and Development » du Programme des Nations Unis pour le Développement, récompensant leur combat dans la lutte contre la malnutrition ainsi que leur contribution aux Objectifs du Millénaire pour le Développement.

DSM PAM youtube

Publicités