Nestlé publie son nouveau rapport sur la « création de valeur partagée »

Dans son rapport annuel « Nestlé et la Société : Création de valeur partagée et respect de nos engagements 2012 », le Groupe définit une série d’objectifs concrets à réaliser d’ici 2020 en matière de développement durable.

photoweb

Le rapport « Nestlé et Société » publié début mars 2013 identifie trente objectifs à atteindre d’ici 2020 dans quatre secteurs clés : la nutrition, l’eau, le développement rural et l’environnement. Nestlé s’engage notamment à :

  • Distribuer 200 milliards de produits enrichis en micronutriments d’ici 2016, notamment auprès des enfants et des femmes en âge de procréer
  • Faire figurer les Repères Nutritionnels Journaliers (RNJ) sur le devant de l’emballage des produits les plus pertinents à l’échelle mondiale d’ici 2016
  • Assurer le respect des critères définis par la Nestlé Nutritional Foundation concernant les produits destinés aux enfants d’ici 2014
  • Faire figurer des conseils nutritionnels sur l’ensemble des produits destinés aux enfants et à la famille d’ici 2014
  • Réduire le prélèvement d’eau par tonne de produits de 40% comparé à 2005 d’ici 2015
  • Atteindre 100% d’approvisionnement en huile de palme certifiée d’origine durable d’ici la fin de l’année 2013, soit deux ans avant le délai que s’était fixé Nestlé préalablement
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre par tonne de produits de 35% comparé à 2005 d’ici 2015

Le rapport reflète également la volonté du Groupe de travailler de manière conjointe avec l’ensemble de ses parties prenantes pour résoudre trois problématiques majeures :

  • La crise alimentaire
  • La crise de l’eau
  • La malnutrition et les carences en micronutriments 

A l’occasion de la publication de ce rapport, Paul Bulcke, PDG du Groupe, a en effet rappelé la nécessité d’entreprendre une « action collective réunissant les organisations gouvernementales et non-gouvernementales, les entreprises privées ainsi que toute autre partie prenante » pour faire face à ces enjeux, plutôt que d’agir au travers de « projets sporadiques et isolés ».  

L’engagement de Nestlé en matière de développement durable n’est pas récent (voir précédent article). L’entreprise a en effet été l’une des premières à appliquer le concept de « Création de valeur partagée » (Creating Shared Value), initialement développé par Michael Porter et Mark Kramer, professeurs à l’université de Harvard. Sous ce terme, Nestlé entend mettre en avant sa vision du développement durable consistant en « l’amélioration des conditions économiques et sociales des collaborateurs et des communautés tout au long de [sa] chaîne de création de valeur tout en proposant des produits de grande qualité ».

Nestlé s’engage également depuis de nombreuses années à évaluer ses performances et progrès effectués en termes de développement durable. Cet effort a été récemment salué par Oxfam dans son rapport « Behind The Brand » visant à évaluer les politiques sociales et environnementales des dix plus grandes entreprises de l’industrie alimentaire et des boissons. Dans cette étude publiée le 25 février 2013, l’ONG confère à Nestlé le meilleur score en termes de transparence. Oxfam fait également figurer l’entreprise en tête du classement en ce qui concerne l’impact environnemental de ses politiques en matière de supply chain.

Le rapport est téléchargeable ici.

Publicités