Le téléphone mobile, nouvel outil de développement selon la Banque Mondiale

Dans un rapport intitulé « Maximizing Mobile » (« Tirer le meilleur du mobile »), la Banque Mondiale et infoDev – son partenariat pour l’innovation et la technologie – montrent comment le téléphone mobile est devenu en moins de vingt ans un nouvel outil de développement pour les pays les plus pauvres.

Les chiffres rappelés par le rapport sont éloquents :

  • Près de trois quarts des habitants de la planète ont désormais accès à un téléphone portable ;
  • Le nombre d’abonnements à la téléphonie mobile  – à forfaits ou prépayés – est passé de moins de 1 milliard en 2000 à plus de 6 milliards aujourd’hui, dont près de 5 milliards dans les pays en développement ;
  • Au Sénégal, 85,8 % des foyers possédaient un abonnement à une compagnie de téléphonie en 2009, un taux supérieur à celui du Canada (77,2 %) et même des Etats-Unis (82,7 %) ;
  • 30 milliards d’applications mobiles ont été téléchargées en 2011.

Le rapport s’intéresse notamment aux conséquences en matière de développement de l’émergence de cette « économie des applis », notamment dans l’agriculture, la santé, les services financiers et la fonction publique, ainsi qu’à la manière dont elle modifie le regard porté sur la création d’entreprises et l’emploi. Parmi les « best practices »  présentées dans le rapport :

  • Le gouvernement de l’État de Kerala en Inde qui a déployé plus de 20 applications et facilité plus de 3 millions d’échanges entre l’administration et les citoyens depuis son lancement en décembre 2010
  • Le Kenya, qui « s’est taillé la part du lion dans le secteur du mobile pour le développement », notamment grâce au succès de l’écosystème de paiement mobile M-PESA.  Le projet est né d’un constat simple : le prix d’envoi de devises du Kenya en Tanzanie voisine était dix fois plus élevé que les transactions du Royaume-Uni vers le Pakistan.
  • En Palestine, le service JobMatch de Souktel aide les jeunes chômeurs à trouver un emploi. Les diplômés d’université qui utilisent ce service ont affirmé avoir ramené le temps consacré à la recherche d’emploi de douze semaines en moyenne à une semaine ou moins et avoir vu leurs salaires augmenter jusqu’à 50 %
  • Le développement d’applications dédiées aux agriculteurs (collecte de données locales et partage d’informations – état des récoltes, cours du marché, bonnes pratiques, etc.) qui leur permettent d’accroître considérablement leurs revenus (+30% pour les agriculteurs et les négociants en céréales au Niger et +34% pour les planteurs de banane en Ouganda). Le rapport présente notamment l’initiative Reuters Market Light (RML) en Inde qui livre des informations personnalisées à plus de 250 000 fermiers dans 13 Etats.

A l’occasion de la publication du rapport, Rachel Kyte, vice-président de la Banque Mondiale pour le Développement Durable a déclaré  : « La téléphonie mobile offre de formidables opportunités pour améliorer le développement humain et économique, en fournissant un accès basique aux informations en matière de santé, en permettant de régler en espèces, en favorisant la création d’emplois et en stimulant la participation des citoyens aux processus démocratiques. Le défi aujourd’hui est de permettre aux citoyens, aux entreprises et aux administrations publiques des pays en développement de développer leurs propres applications mobiles adaptées au contexte local de manière à pouvoir saisir pleinement ces opportunités. »

Le rapport est téléchargeable ici.

Publicités