L’accès aux transports dans les PED : un enjeu de la lutte contre la pauvreté soulevé à Rio+20

175 milliards de dollars investis dans l’amélioration des transports publics dans les PED

A l’occasion de l’ouverture du Sommet de la Terre qui s’est déroulé à Rio de Janeiro du 20 au 22 juin 2012, huit banques multilatérales de développement ont pris un engagement sans précédent d’investir 175 milliards de dollars sur 10 ans en prêts et subventions pour améliorer les systèmes de transports dans les PED et développer des infrastructures plus « durables » : il s’agit de la Banque Africaine de Développement, la Banque Interaméricaine de Développement, la Banque Asiatique de Développement, la Banque Islamique de Développement, la Corporation Andine de Développement, la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement, la Banque Européenne d’Investissement et la Banque Mondiale.

Les enjeux sont nombreux : d’une part, de vraies problématiques de santé publique sont soulevées dans ces pays où la pollution et la contamination de l’air deviennent de pluys en plus des facteurs de mortalité. A cela s’ajoute le congestionnement des villes et l’insécurité du trafic routier. L’objectif est donc d’améliorer les conditions de vie des populations dans les PED en améliorant la qualité de l’air, en augmentant la sécurité routière et en réduisant l’impact des transports sur l’environnement. Par ailleurs, les systèmes de transports desservent inadéquatement les populations dans les pays en développement et contribuent à exacerber la pauvreté et à creuser les inégalités, en rendant l’école, les services de santé et les opportunités de travail inégalement accessibles.

« Ces investissements permettront de créer des moyens de transport de passagers et de marchandises plus efficaces, ce qui permettra de stimuler la croissance durable des économies urbaines », a affirmé Joan Clos, le directeur exécutif de UN-Habitat.

Ces fonds seront consacrés, entre autres, à l’amélioration du maillage des systèmes actuels de transport public, à la création de pistes cyclables et de trottoirs plus pratiquables et à la rénovation ou la construction d’infrastructures routières et ferroviaires. L’objectif est le passage au vert des systèmes de transports à horizon dix ans.

Un communiqué de presse de la Banque Asiatique de Développement est disponible ici (en anglais).

Publicités