Les géants des biens de grande consommation voient les choses à petite échelle pour conquérir de nouveaux marchés

Procter & Gamble et Unilever parient sur des start-ups pour se développer dans les pays en développement. Ces deux entreprises investissent dans de petits projets entrepreneuriaux locaux qui pourraient les aider à conquérir des consommateurs à bas revenus en Inde et dans d’autres pays émergents.  

P&G FutureWorks est l’incubateur de la FMN. Le mois prochain partira une équipe envoyée par cet incubateur, elle sera emmenée par Nathan Estruth au Punjab. La start-up indienne Healthpoint Services est une entreprise dite sociale à but lucratif. Elle gère des cliniques qui fournissent de l’eau potable et des soins primaires à des prix abordables. Elle fournit de l’eau potable à plus de 50 000 individus par jour et plus de 22 000 consultations médicales sont effectuées quotidiennement. P&G s’est lié à cette start-up, en espérant pouvoir bénéficier de son savoir-faire. Comme d’autres start-ups indiennes, elle touche les consommateurs via des modes de distribution non-conventionnels et innovants.

Unilever dirige depuis 2001 un fonds de capital-risque interne et commence tout juste à s’intéresser à l’Inde et à la Chine. Les cadres dirigeants de l’entreprise ont déclaré qu’ils allaient augmenter stratégiquement leurs investissements dans les marchés émergents. Selon leurs dires, Unilever cherche à investir dans des compagnies indiennes naissantes dans des domaines comme la santé, le marketing digital et l’alimentaire. Un porte-parole hindi de la firme a annoncé qu’ils discutaient avec de nombreuses organisations dans ce but.

Les FMN ont de l’argent, des marques et des réseaux mais elles manquent d’idées novatrices pour pénétrer ces nouveaux marchés. C’est un enjeu d’autant plus crucial que la récession sur les marchés des pays développés fait apparaître les marchés des pays émergents comme une opportunité en or pour ces entreprises. Célèbre pour ses rasoirs Gilette ou ses shampoings Pantene, Procter & Gamble espère que son alliance avec Healthpoint lui permettra d’atteindre les consommateurs de ces pays qui gagnent moins de 2$ par jour

Des dirigeants de P&G ont déclaré qu’ils essayaient d’exploiter les accès de ces start-ups aux consommateurs pour tester leurs produits. P&G commercialise des purificateurs d’eau via un modèle à but non lucratif dans certains marchés émergents, la marque sera bientôt pilotée depuis l’Inde. En échange de l’investissement financier et technique de Procter&Gamble, P&G participe aux actions d’Healthpoint, apprenant ainsi comment accéder aux marchés locaux

Des déclarations soutiennent que P&G Futureworks travaillera avec d’autres start-ups indiennes pour atteindre les consommateurs via ces modes de distribution innovants et non-conventionnels. Le but de ces collaborations est de rassembler, d’ici 2015, 1 milliard de consommateur en plus venant d’Asie et d’Afrique principalement. La moitié des revenus d’Unilever vient d’Inde, du Brésil, d’Indonésie, d’Afrique du Sud, de Chine et du Vietnam. La firme veut faire passer ce taux à 75% d’ici quelques années, grâce aux collaborations avec des start-ups locales. Les bénéfices tirés de ces partenariats participeront au développement local, a déclaré le porte-parole d’Unilever.

Publicités