Solitude et pauvreté: l’étude de la Fondation de France

Attentive au phénomène d’exclusion qui place l’isolement au coeur de la question sociale, la Fondation de France publiait en 2010 les premiers résultats de l’étude « Les Solitudes en France ». Cette étude révélait un phénomène de grande ampleur. Une nouvelle analyse des données montre aujourd’hui que la pauvreté aggrave encore le risque d’isolement.

La pauvreté limite les possibilités de s’inscrire dans une vie sociale : 18% des personnes déclarant des revenus inférieurs à 1 000 € par mois sont en situation d’isolement contre 9% en moyenne en France.

Dès l’âge de 30 ans, quand on est pauvre, on est 7 fois plus seul que la moyenne. C’est en effet autour de la trentaine que les individus réorganisent leur vie sociale autour de la famille et du travail. Ceux qui sont dans la précarité n’ont généralement pas les armes pour s’insérer ; ils voient progressivement leurs anciens réseaux s’étioler et éprouvent de véritables difficultés à les remplacer.

Télécharger la synthèse de l’étude.

 

Publicités