IBM et Actif

En 1995, Claude Andreuzza, président d’IBM France, cherche à mettre en place une initiative en faveur de la cohésion sociale qui soit ancrée sur son métier.

Après plusierus mois de recherche, le Directeur de la Qualité propose de mettre en place un système de collecte, de réparation et de revente d’ordinateurs.  Cette rénovation pourrait être assurée par d’anciens  chômeurs de longue durée et RMIstes formés au reconditionnement de micro-ordinateurs.

IBM France soutient la création de l’association ACTIF. Trois marchés potentiels ont été définis lors de l’étude préalable : des établissements publics, notamment des écoles qui souhaitent s’équiper en matériel informatique à bas prix, des associations humanitaires et des consommateurs pauvres.

Richard Rogulski, directeur d’ACTIF, créa également le programme FIDJI, « Formation et Insertion des Jeunes par l’Informatique », un service d’assistance aux utilisateurs de micro-ordinateurs. Cette activité s’effectue en partenariat avec l’IUT de Paris V qui assure la formation. Elle est proposée à des jeunes en difficulté, de moins de 26 ans et en situation d’échec scolaire, embauchés sous contrat de professionnalisation de 24 mois.

Ainsi, les 3 principaux objectifs d’ACTIF sont de :

  • Favoriser le développement d’activités nouvelles et la création d’emplois pérennes pour des personnes en situation d’exclusion professionnelle;
  • Faciliter l’accès à l’informatique et à Internet pour tous;
  • Recycler les matériels toujours performants.

L’association ne dépend que pour 20% de subventions publiques et de dons d’entreprises. Le reste est financé par les ventes de produits et de services.

L’activité de services d’assistance aux utilisateurs de micro-ordinateurs FIDJI a permis de recruter, de former et de mettre au travail 180 jeunes depuis le 1er janvier 1996. 50 personnes travaillent à plein temps pour l’association.

Advertisements